Archives par étiquette : fabrication

Les coulisses de la chapellerie

Vous aimez les chapeaux… un peu, passionnément, à la folie !

La curiosité vous habite et vous aimeriez en connaître un peu plus sur le sujet!
Vous êtes invité à venir me rencontrer à l’atelier Commeunchapeau.com afin de découvrir les coulisses du monde de la chapellerie.
Nous parlerons de cet accessoire qui ne laisse pas indifférent et qui se décline dans plusieurs styles : canotier, capeline, bibi, fedora, trilby, chapka….
Nous parlerons de petits trucs et d’astuces chapelières… par exemple comment faire tenir votre chapeau sur la tête.
Vous apprendrez à différencier un feutre de laine d’un feutre fourrure, une paille naturelle d’une paille synthétique.
Nous parlerons des différents métiers : modiste, chapelier, formier, plumassier et fleuriste.
Vous découvrirez l’outillage nécessaire à la fabrication de chapeaux.
Vous comprendrez les causes qui influent sur le prix des chapeaux et sur leur rareté.
Nous discuterons de la fameuse « tête à chapeaux ».
Pendant les trois heures d’information, vous pourrez voir et toucher les matières pour mieux les comprendre et les apprécier.
Trois heures de découvertes auprès d’une modiste professionnelle… profitez-en !
Dimanche le 2 avril de 13 h à 16 h.

Pour plus d’infos : http://commeunchapeau.com/cours-ateliers/les-coulisses-de-la-chapellerie/

Les coulisses de la chapellerie - photo : Gabrielle Desmarchais

Capeline de paille naturelle – photo : Gabrielle Desmarchais

Les coulisses de la chapellerie - photo : Gabrielle Desmarchais

Les coulisses de la chapellerie – photo : Gabrielle Desmarchais

Les coulisses de la chapellerie - photo : Gabrielle Desmarchais

Les coulisses de la chapellerie – photo : Gabrielle Desmarchais

Les coulisses de la chapellerie

Les coulisses de la chapellerie – photo : Lise Fradet

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le CHAPELIER

CHAPELIER : s.m. – CHAP. Le terme chapelier fait aussi bien référence à l’ouvrier qui fabrique la matière première, tel que le feutre, qu’à celui qui transforme un cône, de feutre ou de paille, en chapeau, qui crée un chapeau de tissu, ou qui le vend (chapelier détaillant). Le plus souvent, chaque ouvrier occupe une fonction bien précise liée à sa spécialisation dans le processus de fabrication : souffleur, bastisseur…pour la fabrication du chapeau de feutre; galetier, monteur…pour la fabrication du haut-de-forme en soie, etc. La corporation des chapeliers est très ancienne et figure dans le livre des métiers d’Étienne Boileau au XIIIe siècle. Onze corporations réunissaient les fabricants de chapeaux : les chapeliers de coton, les aumussiers et les coiffiers, réunis par la suite sous le nom de bonnetiers, les chapeliers de fleurs, les chapeliers de paon, les atournesses, les fourreurs de chapeau, les chapeliers de soie, les chapeliers d’orfroi, les chaperonniers, les chapeliers de feutre. Les chapeliers obtiennent des statuts en 1578, mais il faut attendre 1594 pour qu’une véritable communauté naisse. La corporation parisienne choisit saint Michel comme saint patron, mais d’autres confréries, notamment dans les faubourgs, et également en province, ont préféré saint Jacques le Mineur, saint Jacques le Majeur ou encore saint Philippe.

CHAPELIER DÉTAILLANT : s. m. – CHAP. Personne qui vend des chapeaux. Jusque dans les années 1950, il était courant de trouver, à l’arrière d’une boutique, un petit local qui permettait de reformer ou de bichonner le chapeau d’un client, défraîchi ou passé de mode. Le gérant était d’ailleurs souvent un « ancien du métier », un approprieur, qui avait généralement travaillé dans un atelier et qui décidait d’ouvrir, avec son épouse, garnisseuse, un magasin.

Encyclopédie du couvre-chef, Samedi midi éditions, p. 116

Je lève mon chapeau à ce chapelier dessiné par Sempé.

Et merci Philippe!