Archives par étiquette : rubans

Finitions de chapeaux

Nouveau à l’atelier Commeunchapeau.com

Cours sur les finitions de chapeaux – bords de chapeaux, noeuds, rubans, voilette….

Horaire : 15 février et 19 avril de 12h à 18h

Objectif : terminer vos chapeaux de feutre ou de paille

Cours pratique  et personnalisé : finir les bords de chapeaux à l’aide de gros-grain, de tissus ou autre…,  faire des noeuds de rubans ou de tissus,  fixer une voilette, montage de fleurs, de plumes …

Durée : 6 hres

Tarif : 120$ + taxes, matériel non-inclus

Pré-requis : Introduction à la chapellerie

Professeur : Lucie Grégoire

Matériel à apporter : chapeaux, garnitures, ciseau, aiguilles à coudre, épingles, fils, colle à tissus.

Inscription : http://commeunchapeau.com/formulaire-dinscription/

Informations : 514 279-8856

Bienvenue !

Commeunchapeau.com
2205, Parthenais  local 307
Montréal  H2K 3T3
514 279-8856

Finition de chapeaux à l'atelier Commeunchapeau.com

Finition de chapeaux à l’atelier Commeunchapeau.com

 

Fabrication de boîtes à chapeaux

Dimanche dernier, à l’atelier Commeunchapeau.com avait lieu le cours sur la fabrication de boîtes à chapeaux. Une boîte hexagonale  a été réalisée par pliage en avant-midi et une boîte ronde encollée de papier noir a été réalisée en après-midi. Il ne reste plus qu’à les garnir de tissus, rubans, voilettes, dentelles, photos…..

Pour plus d’informations

Boîte #1

Boîte #2

Boîte #3

Boîte #4

Boîte #5

Boîte #6

Boîte #7

Boîte #8

Boîte #9

Boîte #10

Visite de l’exposition Hats : an anthology by Stephen Jones à New York

Passionnées et passionnés de chapeaux, si vous passez par New York avant le 15 avril, l’exposition Hats : an anthology by Stephen Jones est un incontournable.

Cette anthologie du chapeau est une collaboration entre le Victoria & Albert Museum et le modiste londonien Stephen Jones. Conçue pour démontrer l’importance du chapeau comme accessoire ayant le pouvoir instantané de transmettre un message d’autorité, d’affiliation, d’individualité, de bienséance, de rébellion et de style, cette exposition souligne les cultures, les sociétés et les religions.

J’y étais la semaine dernière et j’ai apprécié ce petit bijou d’exposition.

Choisis par Stephen Jones, les couvre-chefs sont classés par thème : le monde naturel, l’histoire, l’exotisme et le modernisme. On les retrouve sous toutes les formes datant de 1650 à 2011 : chapeaux à fleurs et à plumes, coiffes, toques, casquettes, bibis, turbans, bérets et couronnes  majoritairement d’Europe, mais aussi du Japon, d’Inde et des États-Unis.

Parmi les curiosités remarquables et amusantes :

– une superbe valise datée de 1960 servant à la présentation de feutres non formé,s divisée par compartiments pour les cônes, les capelines et les rubans. Ces matériaux étaient ainsi présentés à la Reine mère Élizabeth, reine d’Angleterre ;

– une autre boîte à chapeau faite de cuir et en forme de chapeau datant de 1650, accompagné de son chapeau de feutre ;

– le masque de Dark Vador, personnage central de la série Star Wars ;

– la perruque d’Andy Warhol ;

– le célèbre chapeau en forme de chaussure de Schiaparelli.

Mes coups de coeur… plein plein… mais bon, en voici quelques uns :

– le bibi de Stephen Jones Pas de deux créé à Londres en 1982 fait de brocart de soie et velours ;

– le chapeau d’Edwina Ibbotson Flower garden créé à Londres en 2009 fait d’organdi, de soie et de plumes ;

– un chapeau de Joi Rae créé au Japon en 1997 fait de laine feutrée et garni de broches de feutre ;

–  la palette du peintre représentée par Stephen Jones pour Christian Dior haute couture 2007/2008, inspirée par Gruau.

Stephen Jones pour Christian Dior Haute couture 2007/2008, inspirée par Gruau

Stephen Jones pour Christian Dior haute couture 2007/2008

Stephen Jones annonce sur son site Internet que cette exposition sera présentée à Boston de septembre 2012 jusqu’en janvier 2013. Si vous passez dans les environs, ce petit bijou d’exposition est à ne pas manquer.

MODISTE

MODISTE : s. f. ou s. m. – CHAP., TECH. Ce métier se différencie de celui de chapelier. Vers 1750, le dictionnaire de Trévoux définit les modistes comme « des personnes, sans distinction de sexe, qui s’attachent à suivre les modes ». À l’origine, les modistes dépendent des merciers et se regroupent avec les fleuristes et les plumassiers sous la même corporation en 1776. Appelées « faiseuses » ou « marchandes de modes », elles ont le privilège de garnir et d’enjoliver les robes, les habits de cour, dominos et autres vêtements de femmes et d’enfants dans lesquels entrent des gazes, crêpes, dentelles, velours, rubans, plumes, fleurs …Elles réalisent aussi des chapeaux, des bonnets, des fichus, des mantilles … Rose Bertin fut l’une des premières modistes. Elle s’est distinguée en créant des coiffures pour la reine Marie-Antoinette au XVIIIe siècle. La maison de modes au sens moderne du terme apparaît à la fin du XVIIIe siècle. Le métier de modiste se dévelope considérablement au XIXe siècle avec Caroline Reboux et au XXe siècle, suivant ainsi l’essor du chapeau féminin.

Pour devenir modiste, l’apprentissage tel qu’il se pratiquait aux XIXe et XXe siècles ne suffisait pas. Les modistes avaient l’habitude de dire que le talent  ne s’enseignait pas : l’art de chiffonner, de modeler, de garnir, d’assortir, d’apprécier le coiffant, les proportions…était inné ; l’apprentissage, indispensable, n’était là que pour orienter. Les modistes comme les grands couturiers ont leurs célébrités : Jeanne Blanchot, Les soeurs Legroux, Madeleine Panizon, Rose Valois, Rose Descat, Suzanne Talbot, Agnès, Paulette, Jean Barthet, Gilbert Orcel, Claude St-Cyr. Certains couturiers ont débuté comme modistes : Jeanne Lanvin, Coco Chanel, Elsa Schiaparelli ; d’autres ont toujours présenté eux-mêmes une collection de chapeaux, comme Jacques Fath, Christian Dior, Yves St-Laurent, Cristobal balenciaga, Hubert Givenchy….

Les métiers de chapelier et de modiste sont aussi très différents. Bien que réalisant le même produit, ils ont une conception différente du chapeau et font appel pour sa fabrication à des savoir-faire particuliers. Les chapeliers sont le plus souvent spécialisés et ne travaillent que certaines matières : feutre, paille, tissu…Ils produisent en grande série ou en série limitée des chapeaux d’homme et de femme classiques.

Encyclopédie du couvre-chef, Samedi midi éditions, p. 259

L'Étalage de la modiste - Jean-Émile Laboureur, 1912

Illustration : René Gruau - 1944